Graver Maintenant
Promouvoir l’estampe et la gravure contemporaine

Accueil > Les adhérents > Les connaître > Réflexions sur la gravure

Réflexions sur la gravure

dimanche 1er janvier 2012, par Marie-Antoinette Rouilly Le Chevallier

Le dessin est pour moi la source de mon inspiration : Peintures et Gravures en découlent. C’est une impression à travers un dessin qui entraîne le désir de gravure. Mes dessins naissent lentement à travers les lumières et les ombres. Un grand dessin peut susciter la recherche d’une gravure minuscule ou inversement. Le dessin avec sa technique particulière, sa matière produite par le grain du papier utilisé va inspirer sur le cuivre une gravure dont la matière sera différente et la lumière à la fois autre et semblable. Le travail de l’eau forte, tel que je le pratique, est délicat, parallèle au travail du dessinateur. Le vernis cuit au flambeau donne une laque dans laquelle la pointe peut exprimer toutes les subtilités, et, grâce aux bains d’acide très doux, nuancer des valeurs qui vont des gris légers aux noirs profonds.

Mon œuvre graphique englobe dessins et gravures : c’est une osmose.

J’ajouterai que la technique du vernis au flambeau m’a été enseignée par Johnny Friedlander, qui, lui-même l’avait apprise de Jacques Villon.

Portfolio

Arborescence (2000) Arbre 2 (1985) Courbure (1992) Glissement (1993) Le port Clarté (1998) Pierres sous la lune (1983) Arbre (2008)